Pourquoi de Margerie est mort en Russie ? – “la Totale”…

13 minutes ☚
Christophe-de-Margerie-PDG-Total-LCI-23.11.2008-mort-Russie

© 23.11.08 sur LCI

Les médias politiquement corrects français, c’est à dire les grandes tribunes connues du grand public, omettent de parler des raisons présumées, sautant aux yeux, de la mort de Christophe de Margerie en Russie. Visiblement aucune de ces éditions respectueuses ne souhaite s’attirer des ennuis en disant la vérité. Ou ne serait-ce que des hypothèses, bien que difficiles d’être vérifiées, mais de par les faits semblant être plus que réalistes et vraisemblables.

Dans son article assez développé le quotidien russe Комсомольская Правда (Komsomolskaïa Pravda) écrit dans la matinée du 21.10.14 :

En annonçant le crash aérien les médias occidentaux disent d’une seule voix que le “défenseur fidèle de la Russie” (Christophe de Margerie) est mort. En l’occurrence les journalistes de The Guardian l’ont appelé “le fidèle défenseur de la Fédération de Russie et de sa politique énergétique”. Deutsche Welle a également mentionné le fait que le PDG de Total était ouvertement contre les sanctions à l’égard de Moscou. Interviewé par Reuters il y a quelques mois de Margerie a déclaré : “Pourrons-nous vivre sans le gaz russe en Europe ? La réponse est non. Par ailleurs, nous n’avons aucune raison de vivre sans le gaz russe. Et je ne suis pas en train de défendre les intérêts de Total”.

Curieusement très peu d’éditions françaises mettent l’accent sur les faits mentionnés dès le 21.10.14 par les quotidiens étrangers. Seul LePoint.fr (le jour même vers 16:30) a fait une analyse pertinente dans son article Margerie, symbole de la position difficile des multinationales en Russie :

L’hommage très appuyé, rendu par la Russie à son “ami” Christophe de Margerie, met en lumière le travail mené en coulisses par les multinationales occidentales pour maintenir les liens avec Moscou malgré les sanctions liées à la crise ukrainienne. “Nous avons perdu un vrai ami de notre pays”, a déclaré Vladimir Poutine, saluant le “dévouement” du patron de Total dans les relations franco-russes. Les grands patrons occidentaux ont adopté un profil bas et se font rares à Moscou. La visite de Margerie constituait une exception, effectuée “malgré les appels au boycott” selon la Chambre de Commerce et d’Industrie France Russie, qui a promis de continuer “d’oeuvrer à la défense de la cause franco-russe, pour laquelle il a tant fait”.

Christophe-de-Margerie-Total-PDG-mort-Russie

© Photo Pascal Le Segretain (Getty Images for Montblanc)

Il faut savoir que le PDG de Total sortait d’un entretien avec Dmitri Medvedev avant de prendre son dernier vol. Ils avaient discuté, dans la résidence personnelle du Premier Ministre russe, la finalisation du projet de partenariat (21 milliards d’euros) entre Total et la société russe Novatek (numéro 2 du gaz russe, et sur la liste des sociétés sanctionnées par Washington) sur la péninsule de Yamal, dans le Grand Nord russe. L’un des plus grands projets de GNL au monde, l’un des chantiers majeurs de Christophe de Margerie (Les Echos).

L’accord aurait prévu la vente du gaz en roubles et euros, ainsi contournant le dollar américain, comme c’était l’usage depuis 1975 dans un pattern du pétro-dollar – le sujet bien épineux et controversé. Il reste à se poser les bonnes questions : pourquoi et par qui est-il controversé ?

Seuls les rares commentaires des lecteurs dans LaTribune.fr et quelques autres “tribunes” de la presse écrite discutent la version largement exploitée en Russie, et qui naturellement pourrait interpeller tout esprit doté d’un brin d’analyse :

Est-ce que la mort du PDG d’un géant pétrolier Européen – sur le sol russe – est un hasard ? Et à qui est-ce profitable ?

Certainement pas aux Russes – LaDépêche.fr :

Vladimir Poutine a également rendu hommage à Christophe de Margerie, saluant le “dévouement” de ce dernier dans les relations franco-russes. “Le président Poutine appréciait au plus haut point les qualités d’homme d’affaires de Margerie, son dévouement continu non seulement dans les relations franco-russes mais dans toutes les formes de coopération”, a expliqué Dmtri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine, cité par les agences russes.

Commentaires des français-sapiens récoltés dans les méandres du web :

M. de Margerie, qui était un grand ami de Vladimir Poutine (ainsi comme Gerhard Schroeder), revenait d’une réunion avec le premier ministre russe Dmitri Medvedev dans sa maison de campagne près de Moscou. C’était une réunion consacrée aux investissements étrangers en Russie, visée par les sanctions occidentales. Donc il faut chercher du côté de ceux qui ne veulent pas l’élargissement des relations commerciales dans le secteur énergétique entre la France et la Russie. À bon entendeur…

C. de Margerie faisait beaucoup pour le rapprochement économique franco-russe (contrairement a nos autorités actuelles). Cet accident n’est en aucun cas dans l’intérêt de la Russie. D’autant plus que tous les journalistes vont en profiter pour associer les mots “Moscou” et “accident”.

Comme à l’habitude dans tous les médias, sans distinction, on rapporte que la version officielle (pour les cons) toute faite et usée jusqu’à la corde : parmi les scénarios possibles retenus par les enquêteurs figurent “une erreur des aiguilleurs du ciel”, “les mauvaises conditions météorologiques” et une “erreur de pilotage”.

De la même manière que le 10.04.10 la mort du président polonais Lech Kaczynski, son épouse Maria Kaczynska et d’autres hauts responsables polonais à l’atterrissage dans de mauvaises conditions météorologiques (là aussi), avec un facteur de l’alcool (là aussi encore…). Sauf que cette fois-ci c’était les hauts responsables polonais alcoolisés qui auraient mis la pression sur l’équipage pour atterrir dans des conditions inappropriées (Le Point): le président polonais devait assister aux cérémonies marquant le 70e anniversaire du massacre d’environ 22.000 officiers polonais prisonniers de l’Armée rouge par la police secrète soviétique durant la Seconde Guerre mondiale à Katyn, près de Smolensk.

Est-ce qu’il y a un lien entre la mort de presque tout le gouvernement polonais en Russie (de surcroît vu la raison du déplacement – ce que ne rajoutait pas d’office de l’entente cordiale entre les 2 peuples, sans parler de l’histoire soviétique) et l’installation de bases militaires de l’OTAN en Pologne (de faite dites contre la Russie) en 2014 – bien sûr – sous prétexte du soi-disant conflit russo-ukrainien ? Personne ne le dira jamais ouvertement et officiellement. Même 50 ans après, on ne pourra que faire des hypothèses géopolitiques (géostratégiques), économiques et historiques.

 

 

Les Faits

Une chose est sûre, il est difficile de qualifier la mort de Margerie de dommages collatéraux, connaissant sa position professionnelle, ainsi que ses prises de position économique et politique.

ParisMatch.com publie un article touchant, signé par Marie Pierre GRÖNDAHL, sur le parcours de Margerie, où furtivement et timidement sont mentionnées les quelques raisons essentielles (présumées) pouvant expliquer à tout cerveau bien fait pourquoi de Margerie est mort en Russie :

Géopolitiquement surtout, ses prises de position continuent de surprendre, voire de choquer. C’est ainsi qu’en août dernier, il prend la défense de la Russie en pleine crise ukrainienne. Le patron de Total a rencontré Vladimir Poutine dès le début des années 2000, et a noué avec lui des liens solides. Margerie souhaitait d’ailleurs se renforcer encore d’ici à 2020 dans le pays. Et a prononcé cet été une petite phrase lourde de sens, qui a fait sursauter de multiples experts du pétrole : « Je ne vois pas pourquoi il faudrait toujours continuer à payer le pétrole en pétrodollars. » Il n’aura pas eu le temps de vraiment s’en expliquer.

Ce 20  octobre 2014, Christophe de Margerie assiste à la session plénière du traditionnel Foreign Investment Advisory Council. Une rencontre organisée chaque année à Moscou entre le gouvernement russe et les patrons des principaux groupes mondiaux présents en Russie. Un voyage d’affaires, comme tant d’autres, ponctué d’une rencontre avec le Premier ministre ­Dmitri Medvedev.

Tous les journaux, y compris LesEchos.fr ont relaté la déclaration du “capitaine d’industrie” le 5 juillet 2014 aux rencontres économiques d’Aix-en-Provence :

Le rôle de l’euro face au dollar devrait être accru dans les achats de pétrole. Se passer du dollar, ce n’est pas réaliste, mais utiliser plus l’euro, cela me paraît souhaitable. Il n’y a aucune raison de payer le pétrole uniquement en dollars.

Christophe-de-Margerie-Total-PDG-mort-RussieEn effet, il n’y a aucune raison de payer le pétrole uniquement en dollars. “Uniquement” – le mot qui porte à réflexion. D’autant plus que cette remarque venait à la suite de l’amende infligée à BNP Paribas pour avoir, à Genève, préfinancé (en dollars) des ventes de pétrole du Soudan, de l’Iran et de Cuba, trois pays sous embargo américain… (Bloomberg.com)

Toutefois, personne dans la presse française (à l’heure où j’écris cet article) n’en a fait le lien avec le même souhait du Kremlin de se débarrasser, autant que faire se peut, du dollar dans les échanges commerciaux internationaux (ici il ne s’agit pas que du pétrole). Personne non plus n’a fait le lien entre la déclaration de Margerie le 05.07.14 et la création, le 15.07.14, de la Nouvelle Banque de Développement des BRICS (Russie, Brésil, Inde, Chine, Afrique du Sud) crée en guise de contrepoids au FMI et à la Banque Mondiale – le fait très vaguement commenté (là aussi) dans l’article Wikipédia en français, mais explicitement mentionné dans la version anglaise (operated by the BRICS states as an alternative to the existing US-dominated World Bank and International Monetary Fund).

 

 

Quel Accident ?

Alors, est-ce que cet énième accident aéronautique est vraiment la faute du conducteur de chasse-neige accusé (à tort ?) d’être saoul, ou la faute d’une stagiaire d’aiguillage qui est sensée être supervisée, ou du mauvais temps et de la mauvaise visibilité (ce que dément l’enquête) – dans un aéroport international faisant décoller et atterrir des avions de tout calibre dans les conditions enneigées pratiquement 8 mois par an depuis des décennies ?

Putine a dit : Margerie était à l’avant-garde des projets russo-français énergétiques
Est-ce qu’une figure comme de Margerie — PDG de Total (faisant partie des six plus grandes entreprises du secteur pétrolier à l’échelle mondiale, avec ExxonMobil, Shell, Chevron, BP et ConocoPhillips), membre de l’Association dialogue franco-russe et co-président du Conseil économique de la Chambre de commerce franco-russe — qui expliquait aux journalistes des médias politiquement très corrects que les sanctions contre la Russie sont non seulement inutiles mais contre-productives, pourrait être éliminé par les Russes sur leur propre sol ?

Comme l’a stipulé dans le mille le commentaire (du 21.10.14) susmentionné :

Il faut chercher du côté de ceux qui ne veulent pas l’élargissement des relations commerciales dans le secteur énergétique entre la France et la Russie.

Christophe de Margerie, le 8 juillet, à Reuters :

Allons-nous construire un nouveau mur de Berlin ? La Russie est un partenaire et nous ne devrions pas perdre notre temps à nous protéger d’un voisin. Notre but est de ne pas être trop dépendant d’un pays – peu importe lequel. Sauf de la Russie, qui nous a sauvés à plusieurs reprises.

Christophe de Margerie, le 20 octobre, un jour avant sa mort :

Nous sommes contre les sanctions parce que nous pensons que l’entreprise est une force positive, un canal de dialogue et un chemin vers la compréhension mutuelle. L’entreprise a besoin d’être protégée et encouragée, surtout dans les moments difficiles. Aujourd’hui, c’est l’inverse qui se produit : l’entreprise est prise en otage par les politiciens. Par conséquent, nous devons agir . . .

Peut-être aussi que la mort malheureuse de Margerie n’était qu’un message au Kremlin, et notamment à Poutine, que nul n’est éternel ? Bien qu’il soit, de toute évidence, beaucoup plus simple d’atteindre un homme d’affaire, aussi grand et important soit-il, que le président russe — sous protection rapprochée parmi les meilleures au monde.

business-divider

En continuité du dit lisez une explication assez intrigante du politiquement très incorrect WhatDoesItMean.com ou sa traduction française sur le blog Wikistrike.com.

• s’intéresse à l’anthropologie, à la sociologie internationale, aux comparatifs interculturels
• et déteste la connerie humaine

2
Commentez !

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Maurren spacyVladimirK Recent comment authors
  Subscribe  
newest oldest most voted
Notify of
VladimirK
Guest
VladimirK

Article bien construit, à partager (je m’empresse de le faire)

Maurren spacy
Guest
Maurren spacy

merci pour l article, je crois que si on observe l histoire, on peut avoir une petite idée qui profite de cette tragedie, mais je préfère en reste là.