Télévision et radio soviétiques. Les pours et les contres

La télévision de nos jours est devenue un tout. Ça me fait toujours sourire lorsqu’on me demande :
— « As-tu regardé, quand tu étais petit, Starsky et Hutch et Capitaine Flam ? »
— « As-tu écouté Pink Floyd ? »

Non. Je n’ai pas regardé Dallas, Santa Barbara et Astérix. Je n’ai pas écouté Rolling Stones. On n’a pas tous regardé et écouté la même chose lorsqu’on était petits…

Radio

Ce qu’il faut savoir c’est que l’Union Soviétique fut un pays très ‘’transparent’’ et très ‘’préoccupé’’ par le quotidien de ses citoyens. L’expression « rideau de fer » n’est pas apparu par hasard. Ces photos ce sont les frontières du bloc soviétique avec les pays “impérialistes” limitrophes. En d’autres termes, c’est ainsi que le régime socialiste-communiste isolait ses peuples des idées autres que le communisme.

Dans la lumière dudit, la diffusion nationale se faisait sous l’égide du Big Brother. Les 3-4 stations existantes, que l’on n’entendait pas toujours, transmettaient la musique classique, les récits des poèmes des grands classiques russes, et les infos. Ces dernières en majeure partie se résumaient aux succès innombrables du parti “chéri par le peuple” et aux plans quinquennaux des héroïques ouvriers soviétiques…

Dans les années 1950 la “Radio Liberté” devient très populaire dans les milieux intellectuels. La radio est interdite par le régime, mais l’audience progressivement s’élargit et grossit – les gens essayent de capter la fréquence avec les postes à moitié bidouillés.

En 1955 un système global de bruitage des fréquences occidentales est mis en place par le gouvernement. Leur écoute est condamnée par la loi.

Quoi qu’il en soit, derrière d’énormes interférences la “voie-liberté” rapportait les faits que personne en URSS (parmi les mortels) ne pouvait savoir en dehors de ces fréquences clandestines.

Et même si on avait peur de l’écouter, car la sentence était sévère, on l’écoutait quand même – le cerveau humain est une substance curieuse …

Info

Wikipedia : le plan quinquennal est un document de planification économique gouvernemental fixant des objectifs de production sur une période de cinq ans. Initialement utilisé en URSS, le plan quinquennal est ensuite apparu dans d’autres pays communistes comme la République populaire de Chine (où il existe toujours).
L’usage de plans quinquennaux, sous différentes formes, s’est aussi répandu dans les démocraties populaires et occidentales, dont la France, qui, via le Commissariat général du Plan, l’a utilisé jusqu’en 2005, ainsi que des pays comme le Canada ou le Maroc.
Info
Radio Liberté (à l’origine s’appelant Libération) en réalité était financée par le congrès américain dans le but de diffuser les émissions pour le développement des institutions démocratiques et une économie de marché dans les pays qui tentaient de surmonter le régime autoritaire, les violations des droits de l’homme, afin de garantir la liberté des médias. Pour couvrir le territoire soviétique la diffusion se faisait depuis Munich et l’île de Taïwan.
En 1971 la CIA reconnait avoir géré la radio, ce qui laisse quelques doutes sur la véracité et l’impartialité du contenu diffusé dans le cadre de la guerre froide entre l’URSS et les USA. La raison pour laquelle l’administration soviétique qualifiait cette radio d’armes d’information de l’Occident.

 

Télévision

télévision radio soviétiqueEn ce qui concerne regarder les mêmes séries – aucun film ou dessin animé étranger n’a été diffusé sur les ondes de la télévision soviétique, sauf ceux des “pays-amis” (bloc soviétique d’Europe Centrale, Inde, Cuba, Chine, certains pays d’Afrique et d’Amérique centrale et celle du sud). Plus que cela, nous avions 2 chaines nationales jusqu’aux années 80. Sur ces chaines nous avions le droit aux films soviétiques en boucle qui, jusqu’aux années 60-70, ne comportaient que de la propagande subtilement ficelée.

Quant aux plus jeunes – nous avions un dessin animé comportant une quinzaine de volets de 5-10 minutes sur le loup et le lièvre. La copie presque parfaite de «Tom & Jerry» de Metro-Goldwyn-Mayer adaptée aux réalités soviétiques ou plutôt aux enfants soviétiques. Le loup cherchait désespérément à attraper le lièvre dans des situations comiques.

Encore deux ou trois séries du genre pour les enfants se répétaient régulièrement durant mon enfance, insérées dans les pauses entre les films de propagande pour les adultes et les réunions du parti communiste avec les discours interminables du Secrétaire Général du parti (l’équivalent du président dans d’autres pays).

Info

Saviez-vous que les cassettes VHS ont commencé à être commercialisées en France en 1978. Dans Wikipedia il est écrit «Durant les années 1980 et 1990, la VHS est la norme la plus commune pour la vidéo familiale à travers le monde entier».

C’est loin de la réalité si on inclut l’URSS dans le monde entier. Personnellement j’en ai entendu parler pour la première fois en 1990. J’ai bien dit “entendu parler”. La première fois que j’en ai vu une en vraie – devait avoir lieu en 1992. Et ce n’est qu’en 1994 que mes parents ont acheté un magnétoscope et pour la première fois nous regardions un film indépendamment de l’antenne TV. Dire que ce fut un événement, c’est ne rien dire…

separator-divider

2 points positifs tout de même à retenir au sujet de la télévision soviétique :

  • Malgré la propagande, les films soviétiques étaient bons par leur jeu d’acteurs (heureusement…). La master-classe des acteurs de cette époque était de très haut niveau, certains jouaient vraiment comme des Dieux. Bien que pour les subtilités des films soviétiques il faut vraiment avoir vécu en URSS. Une simple traduction ne transmettrait jamais toute la profondeur du sens et surtout des sous-entendus cachés. Cela provient certainement du fait que la vie y était vraiment particulière.
  • Absence de publicité – pas de matraquage commercial pour vous vendre des dentifrices, des chewin-gums, des voitures, des assurances, des confitures ou des voyages. Surtout pas des voyages — le rideau de fer n’a pas été construit pour rien tout de même.

Or, l’absence de la publicité était parfaitement logique, lorsqu’on sait ce qui se vendait dans les magasins…

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

4
Commentez !

avatar
2 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Anton MalafeevVladimirKpancho Recent comment authors
  Subscribe  
newest oldest most voted
Notify of
pancho
Guest
pancho

bravo pour cette audace de transformer une pensée qui bien souvent se sclérose dans le nid douillet de l’individualisme!
Partager devient une valeur!
Bien à toi

VladimirK
Guest
VladimirK

Article assez primitif dans son argumentation, qui joue de tous les poncifs que l’on s’imagine sur l’URSS.

En effet, réduire les émissions pour enfant à “Nu-Pogodi” est très réducteur. Il y avait une très grosse production, souvent de qualité et même exportée à l’Ouest (c’est dire !), et pour l’anecdote, Sting a écrit sa chanson “Russians” en tombant sur une émission de Spokoynoy nochi Malyshy.

En ce qui concerne le cinéma (et certaines émissions / publications) peut-être faut-il faire preuve d’un minimum de subtilité pour voir des doubles-sens dans la plupart des films. Les articles soviétiques n’étaient pas idiots, et savaient faire passer des messages malgré la censure (pour plus d’information, regarder par exemple le film Anna de Mikhalkov).

Les gens savaient regarder les films avec le sens que voulaient y mettre les auteurs, la censure aussi – et il était obligatoire pour elle de lâcher du lest, sinon l’URSS aurait sauté 20ans plus tôt, et puis tant que cela ne sautait pas trop aux yeux, c’était accepté… – donc cette histoire de propagande n’est pas valable.

Je recommande à l’auteur de revoir les films soviétiques – maintenant largement disponibles en DVD, souvent avec des boni explicatifs – avec un oeil d’adulte cette fois-ci, et peut-être de refaire ensuite l’article.