Etre expatrié — les charmes et les réalités

etre-expatrie-charmes-realitesL’expatriation – qu’est-ce ?

C’est la chance et la joie de vivre ailleurs, de découvrir beaucoup de nouveautés et de choses vraiment différentes. C’est une excitation inouïe de partir, de créer de nouvelles connexions, de se construire et devenir complètement différent dans ses façons de faire, dans ses regards, ses attitudes.

C’est aussi la détresse, les pleurs, le craquage psychologique pendant l’adaptation intervenant quelques temps après l’euphorie de l’arrivée et de la découverte. Les premières années c’est le manque de tout ce qui est natal, de la famille, des amis, des habitudes, de la nourriture, des mœurs, de la mentalité. C’est les appels et les emails aux proches – une sorte de cordon ombilical intangible nous reliant toujours à ceux qu’on a laissé en partant.

Certains se demandent à quoi ça sert, pourquoi partir pour souffrir, quel intérêt ?

D’autres, la minorité sur le fond des gens « normaux », n’imaginent pas leur vie autrement qu’en changeant de pays (continents) tous les 3-10 ans. Non pas parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils veulent. Bien au contraire ! Il est possible qu’ils le sachent même mieux que la majorité restant toute sa vie dans la même ville ou dans le même village.

L’expatrié est envié ou n’est pas compris par les gens « normaux ».

 

 

Dans la peau d’expatrié

En dehors d’un certain état d’esprit (pouvoir partir et donc quitter ses proches, savoir supporter le changement), c’est aussi une grande capacité que chaque expatrié possède à un certain degré et développe constamment – celui de s’adapter à une autre culture, à un autre mode de vie.

Avant de partir et de vivre en plein dedans, nul ne s’imagine à 100% ce qui l’attend réellement et comment il va réagir et s’en sortir. Nul ne sait, surtout lors de la première expatriation, si et comment va-t-il s’adapter. Certains s’expatrient professionnellement, d’autres personnellement, certains partent faire leurs études sans vraiment savoir ce qu’ils vont faire après et où (?), d’autres suivent leurs conjoint(e)s. Les enfants aussi suivent leurs parents, changeant d’écoles comme de gants, apprenant plusieurs langues comme les enfants non-expatriés en apprennent qu’une seule.

Pour les uns c’est facile et intéressant. Pour les autres ça l’est moins, voire, beaucoup moins. Mais globalement on peut constater que la capacité d’adaptation est, bien entendu, purement mentale. Tout dépendra entièrement de l’approche mentale et psychologique de la personne.

Il y a des expatriés gravitant dans les communautés de leur origine, quel que soit le pays où vont-ils aller. C’est le cas de 90% d’américains (bien que cela concerne toutes les origines sans exception) qui au bout de 20 ans à plein temps dans un pays sont incapables d’aligner 2 mots dans la langue locale. On peut qualifier ceci de light-expatriation – les avantages des bons côtés de la vie sur place et la conservation d’habitudes natales dans le milieu des siens. Une sorte de Club Med sur le terrain « hostile ».

 

 

Langue

La toute première barrière (quel que soit le type d’expatriation – professionnelle, personnelle, études ou autre) c’est la langue.

A l’arrivée, lors des premiers mois, on éprouve une sorte du réflexe de Pavlov – comme un chien, on ne comprend que quelques mots séparés, tout étant incapable de se faire comprendre – l’accent énorme, le manque de vocabulaire considérable, l’incapacité de construire les phrases compréhensibles par la population locale.

Malgré l’apparence comique d’une personne adulte avec les yeux carrés cherchant à dire quelque chose, mais ne sortant de sa bouche que des bruits d’un primate, avec la gesticulation inadéquate d’une main et avec un dictionnaire dans l’autre – elle-même ne le vit pas du tout sous le même angle…

etre-expatrie-charmes-realitesProjetez-vous juste un instant. Cela fait des années que vous savez marcher et parler, c’est devenu parfaitement normal pour votre cerveau. Et après un coup d’avion vous ne pouvez plus rien dire, ni comprendre. Cela peut être marrant la première semaine. Ensuite ça devient particulièrement inconfortable, handicapant et très énervant.

Et c’est d’autant plus énervant lorsque la population locale, trouvant « trop drôle » des expressions maladroites de l’apprenti expatrié qui se sent mal-à-l’aise, commence ouvertement à se moquer de vous devant tout le monde…

Une observation intéressante à ne pas prendre à la légère : lorsque l’expatrié ne maîtrise pas encore la langue pour se défendre, il ne peut, bien sûr, rien répondre à une telle conduite de la part de ceux qui sont incapables de parler et écrire sans fautes leur propre langue natale. En revanche, les années passées, seules les « petites coquilles » restent dans la phraséologie de l’expatrié. Mais il y a toujours autant d’imbéciles se permettant de se moquer de la moindre petite erreur de la personne parlant leur langue aussi bien qu’eux, même avec un peu d’accent. Et c’est maintenant que l’expatrié peut remettre les plaisantins à leur place tout aussi publiquement qu’ils l’ont fait pendant des années. Le retour à l’envoyeur est en général très mal perçu et le froissement du taquineur ne connais pas de limites. Surtout face à la jubilation de l’étranger qui maintenant ne l’est plus vraiment…

A partir de quel moment on sait qu’on devient bilingue ? Le matin, lorsque vous vous réveillez en réalisant que, pour la première fois, vous avez parlé dans vos rêves la langue étudiée – c’est comme le décollage de la fusée, vous commencez à devenir bilingue. Tous ceux qui vous raconterons être allés à NYC ou à Madrid un mois et que maintenant ils sont bilingues – BULLSHIT ! Nul n’est capable de devenir bilingue en un, deux ou trois mois. A moins d’avoir le QI d’Einstein…

L’immersion totale est efficace pour apprendre une langue, mais pas pour devenir bilingue en 4 mois !

 

 

Adaptabilité

S’adapter ne signifie pas paraître en public comme le public. S’adapter – c’est devenir comme ce public en tête-à-tête avec soi.

Bien entendu, tout expatrié conserve son identité propre à ses origines. Certaines habitudes vont demeurer quasi intactes, mais elles vont s’assouplir et devenir adaptées aux réalités du monde extérieur. S’adapter pour un expatrié – c’est s’adapter aux schémas culturels, à la mentalité et à l’actualité du pays. S’adapter c’est aussi parler couramment la langue, voire devenir vraiment bilingue. Et

devenir bilingue, même si on garde son accent – c’est pouvoir faire des jeux de mots, comprendre absolument tout et ne pas faire de fautes dans chaque phrase.

Il est impossible de s’adapter au pays sans être bilingue – voilà pourquoi la langue est la condition sine qua non. La culture de chaque pays est un sujet toujours très complexe. Pour s’en imprégner il faut s’intéresser à l’histoire, à la politique, à la société et ses mœurs, à l’éducation et au monde professionnel. Si l’expatrié veut vraiment se sentir intégré, il doit faire partie de tout ce socio-éco-système, dans le cas contraire il restera toujours un étranger.

exclamation-CautionIl faudra aussi s’adapter (s’habituer) à la fameuse “t’as qu’à retourner chez toi”. Partout, où que vous alliez, des “grands intellos” (et il y en a beaucoup plus que l’on pourrait imaginer) vont vous sortir cette réplique à la moindre occasion.

Ce qui est primordial de comprendre dans ce cas de figure est que, souvent, ces pseudo patriotes critiquent leur patrie plus que quiconque. Ce sont en général les “grandes gueules” ne cherchant qu’à attirer toute attention à leur personne démunie de tout intérêt et, par-dessus tout, dépourvue du moindre brin d’intellect.

Or, lorsque vous apportez votre point de vue réaliste sur le pays dans lequel vous êtes expatrié, soyez toujours prêts à entendre cette réplique venant de la personne, dont vous vous en attendez le moins. Partant de la règle d’or, qu’il est vain de polémiquer avec des cons, il faut apprendre à faire abstraction de leurs déblatérations.

Se faire accepter par les locaux est un long chemin, demandant énormément d’efforts, de force mentale, de souplesse et d’apprentissage. Mais après tout, la vie EST le chemin d’efforts perpétuels, d’apprentissage permanent et la nécessité omniprésente de s’adapter aux autres. Peut-être qu’être expatrié est, au final, le chemin le plus enrichissant ?

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

2
Commentez !

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Audrey BOYERalex Recent comment authors
  Subscribe  
newest oldest most voted
Notify of
alex
Guest
alex

Ma définition de la mort – c’est quand demain ressemble a aujourd’hui.
Partir vivre ailleurs reste un acte de vie. S’expatrier reste une expérience qui marque bien souvent une vie.
“Ils vaux mieux vivre avec des regrets qu’avec des remords”. Mais n’oublions pas ce dicton africain “il est plus facile de savoir où l’on va, si l’on sait d’où l’on vient” .
Bravo a tous ceux qui l’ont fait !!!

Audrey BOYER
Guest
Audrey BOYER

J’avais un excellent niveau d’anglais à la fac (je lisais des bouquins en anglais et regardais des films en anglais) et après 5 mois aux USA j’étais bilingue( dès mon retour sur le territoire français je rêvais en anglais et pensais en anglais). Je pense que ça dépend des gens. Moi j’ai une excellente mémoire et une grande facilité en langues. ( Le fait que je sois bilingue français/creole a peut-être aidé qui sait!)