Les bilingues sont plus intelligents – causes et effets

Russia-Russian-flag

ЧИТАТЬ НА РУССКОМ

bilingues-plus-intelligents-cause-effets-apprendre-langues-etrangeres-interculturel

© Photo Thomas Hawk – http://thomashawk.com/

 

 

 

 

 

Une personne bilingue peut être étroitement définie comme étant capable de s’exprimer parfaitement et sans aucune préférence pour les 2 langues.
Ces dernières années, les scientifiques ont commencé à démontrer les avantages du bilinguisme au-delà du simple côté pratique – pendant les voyages, au travail, bref dans la communication où quelle soit et quelle que soit sa forme. Il se trouve qu’être bilingue rend plus intelligent. Cela peut avoir des effets bénéfiques sur le cerveau en l’améliorant et le protégeant contre la démence chez les personnes âgées. Ces études révolutionnent notablement l’appréhension du bilinguisme courant le 20ème siècle, où les chercheurs, les éducateurs et les législateurs considéraient la connaissance d’une deuxième langue plutôt comme une entrave cognitive au développement académique et intellectuel.

D’un côté ils n’avaient pas complètement tort – il est amplement prouvé que dans le cerveau d’un bilingue deux systèmes linguistiques sont actifs même s’il n’utilise qu’une seule langue, créant ainsi des situations où un système obstrue l’autre. Mais les études ont démontré que cette ingérence n’est pas tant un handicap qu’une bénédiction déguisée. Il oblige le cerveau à résoudre les conflits internes, donner à l’esprit une séance d’entraînement qui renforce ses muscles cognitifs.

 

Le bilinguisme présente certains inconvénients en termes de vocabulaire et fluidité dans chacune des deux langues. Il y aurait un effet un certain ralentissement de l’acquisition du vocabulaire et une moindre fluidité. Cela peut s’expliquer notamment du fait que l’input linguistique est réduit de moitié pour chacune des deux langues.
Le bilinguisme présente de nombreux avantages en ce qui concernent les fonctions exécutives, telles que les capacités d’alternance entre tâches, flexibilité mentale, capacités d’inhibition.

L’intérêt de la psychologie, et plus particulièrement de la psycholinguistique sur le bilinguisme a commencé dès les années 1950 avec les observations cliniques faites sur des patients bilingues souffrant d’une aphasie. L’aphasie fait référence à la perte d’un aspect du langage à la suite d’une lésion cérébrale (traumatisme crânien, AVC …). Des observations notamment sur la récupération du langage ont posé la question des représentations cérébrales des deux langues chez le bilingue. Différents types de récupération ont été observés: récupération sélective (une des deux langues est retrouvée) et partielle (récupération partielle de chacune des deux langues). Ainsi est né l’intérêt pour les représentations neurales des langues première et seconde chez le bilingue, aujourd’hui étudié par les neurosciences et sciences cognitives. En parallèle, la question de l’organisation du lexique bilingue a été soulevée depuis les années 1980 en psycholinguistique.

Wikipedia 


Bilingues, par exemple, semblent être plus aptes que les monolingues à résoudre certains types de puzzles mentaux, d’après une étude réalisée en 2004 par les psychologues Ellen Bialystok et Michelle Martin-Rhee.

L’ensemble des preuves d’un certain nombre de ces études suggère que l’expérience bilingue améliore, ce qu’on appelle, la fonction de direction du cerveau – un système de commandements qui dirige les processus d’attention que nous utilisons pour la planification, la résolution de problèmes et la coordination de diverses autres tâches exigeantes mentalement. Ces processus consistent à ignorer les distractions et rester concentré, à passer l’attention volontairement d’une chose à l’autre tout en retenant des informations à l’esprit – à l’image de la mémorisation d’une séquence de directions pendant la conduite.

Inhibition – frein mental qui empêche des pulsions d’être satisfaites (une inhibition sexuelle)
Des études ont également montré que les bilingues obtiennent de meilleurs résultats que les monolingues dans les tâches avec et sans inhibition, comme enfiler une ligne à travers une série ascendante des numéros aléatoirement dispersées sur une page.

 

 

Etre bilingue et plus si affinité…

 

bilingues-plus-intelligents-cause-effets-apprendre-langues-etrangeres-interculturelMais la principale différence entre les bilingues et monolingues peut être plus fondamentale: une capacité accrue de surveillance de l’environnement.

«Les bilingues changent de langues assez souvent – par exemple, en parlant à leur père dans une langue et à leur mère dans une autre» dit Albert Costa, chercheur à l’Université de Pompeu Fabra en Espagne. «Il faut garder la trace des changements autour de la même manière qu’en contrôlant l’environnement lors de la conduite».

Dans une étude comparant les bilingues allemand-italien avec les monolingues italiens dans les tâches de surveillance, M. Costa et ses collègues ont constaté que les sujets bilingues ont non seulement de meilleurs résultats, mais ils ont aussi eu moins d’activité dans les régions du cerveau impliquées dans le contrôle, ce qui indique qu’ils étaient plus efficaces dans ce domaine.

L’expérience bilingue semble influencer le cerveau dès l’enfance jusqu’à la vieillesse (et il y a des raisons de croire qu’elle peut aussi être bénéfique pour ceux qui apprennent une seconde langue plus tard dans la vie).

Dans une étude de 2009 menée par Agnes Kovacs de l’École internationale d’études avancées de Trieste, en Italie, des bébés de 7 mois exposés à deux langues dès la naissance ont été comparés avec les pairs élevés avec une seule. Dans la première série d’essais, un signal sonore retentissait et un jouet apparaissait sur un côté de l’écran. Les deux groupes d’enfants ont appris à regarder de ce côté de l’écran, en prévision de la marionnette. Mais dans un ensemble d’essais plus tard, lorsque le jouet a commencé à apparaître sur le côté opposé de l’écran, les bébés exposés à un environnement bilingue ont vite appris à anticiper leur regard dans la nouvelle direction, tandis que les autres bébés ne l’ont pas appris.

Les effets de bilinguisme s’étendent également dans les années du déclin. Dans une étude récente de 44 personnes bilingues espagnol-anglais, les scientifiques dirigés par le neuropsychologue Tamar Gollan de l’Université de Californie à San Diego, ont constaté que les personnes avec un degré plus élevé du bilinguisme, mesuré par une évaluation comparative de compétences dans chaque langue, étaient plus résistantes que d’autres à l’ apparition de la démence et d’autres symptômes de la maladie d’Alzheimer. Autrement dit – plus le degré de bilinguisme est élevé, plus tard apparaissent les premiers symptômes indésirables.

Personne n’a jamais douté de la puissance du langage. Mais qui aurait pu imaginer que les mots que nous entendons et les phrases que nous prononçons peuvent laisser une empreinte tellement profonde ?

The New York Times

 

 

Since we are discussing bilingualism – here are some UK statistics

bilingues-plus-intelligents-cause-effets-apprendre-langues-etrangeres-interculturel

Commentez !

avatar
  Subscribe  
Notify of