Le monde sans électricité

9 minutes ☚

DANS LA PRESSE
Huffington-Post-NEWPOINTdeVIEW-Anton-MalafeevCet article a été :

  • republié (en version abrégée) dans LE HUFFINGTON POST le 19.10.14
  • référencé le 28.10.14 par Le site officiel de la ville de Genève

 

Russia-Russian-flag

ЧИТАТЬ НА РУССКОМ

Est-ce que vous avez déjà essayé d’imaginer le monde d’aujourd’hui sans électricité ? Personnellement j’y pense assez souvent lorsque je me mets à écrire un nouvel article, si vous voyez ce que je veux dire. Ne vous attendez pas à une histoire sombre avec une ambiance pessimiste de fin du monde (bien que c’est en partie ce qui risque d’arriver si notre système moderne se retrouvait sans électricité) – je vous propose une réflexion sur notre mode de vie dépendant à 99% d’électricité.Monde-sans-electricite

 

 

Projection anecdotique, mais pas irréaliste

Projetons-nous dans une hypothèse, non-impossible du tout, qu’un jour (peut-être demain) pour une raison X (elle peut être n’importe laquelle) la terre reste sans électricité. Et ce – non pas pour 2 jours ou une semaine, ce qui arrive à un village ou une agglomération après une tempête ou un collapse technique quelconque, mais toute la planète sans électricité et pour une période indéfinie.

Qu’est-ce que cela représente ? Eh bien, le fait qu’absolument tout devienne non-fonctionnel.

En y réfléchissant, on peut facilement se rendre compte qu’on soit dépendant de cette énergie encore plus que du pétrole. En effet, les moteurs à combustion peuvent (devraient) être remplacés par les électriques (quel bénéfice pour les poumons et les oreilles dans les villes…). Beaucoup d’ingénieurs se penchent déjà aujourd’hui sur les avions électriques, bien que pour l’instant la science n’est pas suffisamment forte pour faire lever 150 tonnes ou plus à 10.000 mètres au-dessus de la terre avec une simple batterie électrique.

Et il semblerait que faire déplacer les navires de plusieurs milliers de tonnes à travers tout le globe paraît aujourd’hui quelque peu complexe avec des moteurs électriques et des panneaux solaires. Mais étant de nature réaliste et pragmatique – je considère que c’est une question de temps et que la pensée scientifique pourra à terme résoudre ce qu’aujourd’hui paraît irréalisable.

 

 

Nous pouvons vivre sans pétrole

En revanche y aurait-il un seul domaine ou aspect de notre vie, telle que nous la connaissons aujourd’hui (et en particuliers les générations récentes), qui ne serait pas touché ou ne se baserait au moins partiellement sur l’électricité ?

Tout fonctionne avec électricité. Déjà en commençant par ce que vous êtes en train de lire – n’est pas réalisable sans “le déplacement des particules chargées”. Disons que je pourrais écrire cet article à la main, et ensuite le donner à lire à mes proches, ou à la limite aux voisins. Mais qu’une seule personne à la fois. Le fait que cet article soit lu en Alaska, en Australie, à l’île de Pâques, en Russie et Afrique du Sud simultanément et instantanément après sa publication n’est tout simplement pas imaginable sans électricité.

On cuisine avec, on lave la vaisselle et le linge avec, on communique avec, on démarre la voiture avec, on imprime, on photocopie et on fait le café avec, on s’éclaire et se chauffe avec, on se soigne avec et on produit absolument tout avec.

Monde-sans-electricite-orage-mangetiqueMon raisonnement est simple : le jour où la raison X se produit (comme un fort orage magnétique dû à l’activité solaire, par exemple) – en l’espace de 48 heures l’humanité reviens à l’âge de pierre. Et toute sa globalisation et mondialisation avec. LOL !

En revanche, pas LOL du tout : nous n’avons plus de télé, radio, internet, téléphonie – plus aucune communication. Nous n’avons plus de supermarchés approvisionnés et réfrigérés, plus de TGV, plus d’eau dans le robinet, etc.

Ou même – imaginez si on retirait de notre système actuel ne serait-ce que UN de ses paramètres…

La télévision et la radio, malgré notre quasi dépendance de ses médias – nous pourrions survivre sans. Bien que je connais certains qui auraient vraiment du mal à remplir leurs soirées…

Mais imaginez la suppression d’internet et, par conséquent, de tous les réseaux de communication basé sur cette invention – combien de branches d’activité humaine moderne s’arrêtent immédiatement devenant totalement incapables de fonctionner et paralysant ainsi tous les autres maillons du système ? Inutile de faire un dessin – la conclusion est évidente – toute la société progressiste avec ses droits de l’homme et son émancipation de la femme devient comme des enfants en bas âge ou comme des vieux en maison de retraite.

 

Electricité – effet d’accoutumance

L’humanité est devenue tellement dépendante de son confort, lui aussi dépendant à 99% de l’électricité, que s’en trouvant sans du jour au lendemain – la majeure partie des humains (et en particulier les pays développés) ne sont capables ni d’allumer le feu à mains nues, ni de se défendre sans outils spéciaux, ni de conserver sa nourriture, ni de la produire en quantité nécessaire pour nourrir les 7 milliards procréés grâce à la révolution industrielle – due, elle, à l’électricité (et au pétrole également).
Ainsi, l’humanité, aussi intelligente soit-elle, risque de devenir encore plus vulnérable et démunie qu’elle l’était avant la maîtrise de l’électricité.

Egalement se dresse le danger du pillage. On en a déjà eu suffisamment d’exemples, comme à la Nouvelle Orléans en 2005, de la véritable loi de la jungle, où, une fois sorties du système habituel, la population « n’était pas tout à fait contente » de ses nouvelles conditions de vie. Et cela serait en particulier regrettable pour les français – plus de possibilité de faire grève, car plus de télévision pour retransmettre les désordres créés par la classe travailliste mécontente. LOL aussi.

Ces scénarios pas très comiques relatent en grande partie un des articles précédents de notre édition vertueuse – Prenons du recul sur le problème.

Dans la lumière dudit, les débats notamment en France sur la sortie du nucléaire devraient, à mon sens, avant tout être précédé par le questionnement logique – comment prévenir et réduire significativement la surconsommation du courant ? Au lieu de chercher à satisfaire les “appétits électriques” incommensurables et toujours grandissant avec un calcul économique à la clef.

 

 

Electricité pour tous !

Oui, on peut dire que de plus en plus nombreuses sont les nouvelles technologies permettant de faire fonctionner sans électricité les appareils que l’on ne peut même pas imaginer sans être branchés sur une prise, comme, par exemple, le frigo à refroidissement radiatif avec les courants de convection naturelle de l’eau. Il serait tout de même judicieux de préciser qu’un tel frigo aujourd’hui nécessite 250 litres d’eau stocké dans le circuit de refroidissement. Il suffit d’imaginer le volume de ce dispositif dans votre cuisine et on se rend rapidement compte que pour l’instant on est toujours loin du confort au quel nous sommes habitués depuis plusieurs décennies.

Monde-sans-electriciteSelon le rapport de AIE (l’Agence Internationale de l’Energie), co-dirigé par la Banque Mondiale, en 2013 environ 1.2 milliard d’individus vivent encore sans électricité.
Et un détail très intéressant – difficile pour moi à passer sous silence (source : Figaro, Le Monde) :

l’objectif fixé par l’ONU en 2011 de doubler la part des énergies renouvelables (éolien, solaire…) d’ici à 2030 semble lui aussi ambitieux. En 2010, cette part s’élevait à 18% contre 16,6% il y a vingt ans , selon le rapport.
Les 20 pays consommant 80% de l’énergie mondiale – notamment les Etats-Unis et la Chine qui en utilisent 40% à eux seuls – doivent “montrer la voie” et prendre des “mesures décisives” pour porter la part du renouvelable à 36% en 2030, souligne la Banque mondiale.

Ceux qui vivent aujourd’hui sans électricité sont au stade du 19ème siècle (pour ne pas dire 18ème) dans tous les sens du terme – pas d’accès aux médias modernes et absence de tous les attributs de vie contemporaine précédemment et abondamment énumérés. Bien qu’ils soient, malgré cela, plus adaptés à la vie (dirait-on) naturelle et, donc, plus aptes à survivre une “catastrophe électrique” terriblement effrayante pour le mode de vie occidental.

• s’intéresse à l’anthropologie, à la sociologie internationale, aux comparatifs interculturels
• et déteste la connerie humaine

5
Commentez !

avatar
5 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
TheoMarieAnton MalafeevHeloiseDS Recent comment authors
  Subscribe  
newest oldest most voted
Notify of
HeloiseDS
Guest

Un scénario qui n’est pas improbable ;-) Connais-tu Revolution, la série? C’est l’idée de départ.
Cela me rappelle que je dois absolument m’équiper d’une lampe écologique avec une petite manivelle. Des bougies j’en ai et je pourrais faire du feu avec du bois et des journaux. Mais bon je serais vite ennuyée. Tu imagines, mon lisseur à cheveux ne marcherait plus?! l’horreur! ;-)

Anton Malafeev
Guest

Sais-tu qu’en Russie et aux USA pas mal de gens construisant leurs maisons prévoient dès le début de vivre en autonomie totale – un puits, un groupe électrogène, un potager important, etc. 

Dans l’Amérique profonde nombreux sont ceux qui continuent à prévoir un abri antinucléaire en dessous de la maison …

Qui a tord et qui a raison – l’avenir nous le montrera.

HeloiseDS
Guest

En effet, pour les USA je savais, pas pour la Russie par contre.
Comme on dit: better to be safe than sorry : )

Marie
Guest
Marie

ça montre à quel point l’humain est aliéné à la technicite ,sans laquelle il serait ,alors ,le plus nu des animaux ,le plus fragile et le plus exposé.
Il suffit d’imaginer l’arrêt total à l’échelon d’une ville: plus d’ascenseurs ,plus d’eau ,plus de chauffage ,plus de lumière.On croupirait vite dans l’amoncellement de crasse,d’ordures .La désorganisation serait totale.
Aucun plan de secours n’existe face à un scénario pareil..
Seuls les gens ayant déja fait l’impasse sur les élements de modernité pourraient continuer leur vie

Theo
Guest
Theo

Cette catastrophe et très probable sachant que se sont les central nucléaire qui produise principalement électricité. En Europe il suffit d’en faire tomber quelque unes sachant que les pays sont relier entre eux pour écrouler le réseau électrique européen