La chasse est un divertissement. Part I

5 1 vote
Article Rating
Francois-Boucher-Diane-apres-chasse-divertissement

François Boucher (1703-1770) – Diane après la chasse

Récemment je me suis heurté à une situation, il faut croire, anodine puisqu’elle a fait rire tout le monde autour, sauf moi. Je n’ai pas pu résister à la tentation de la raconter et lui opposer un autre point de vue.

 

Act

Je venais d’arriver en province, chez un couple d’amis habitant dans une maison à la lisière de la forêt. En faisant le tour de la propriété, je remarque un grand et magnifique pigeon, visiblement un mal (on n’en voit jamais des comme ça dans les villes) sur le toit de la voiture de mes amis. J’attire attention de tous sur la beauté d’oiseau, en réaction à quoi mon ami se met à pester contre lui en prétextant que les excréments des pigeons sont très nocifs pour la peinture.

— Et par-dessus tout, leurs merdes sont partout dans le jardin !
— Mais n’habites-tu pas à la campagne au bord d’une forêt ?  Et puis le jardin, est-ce ta chambre à coucher ou ta table à manger?, me suis-je demandé dans ma barbe.

chasse-divertissementLe temps de faire le tour de la propriété et d’exprimer les joies de retrouvailles après plus d’un an, nous nous retrouvons dans le jardin. Et qui vois-je arriver à grands coups d’ailes en passant juste au-dessus de ma tête ? Le “coupable” de cet article. Moi, émerveillé par l’insistance du pigeon de nous suivre autour de la maison, par sa beauté et son intrépidité des hommes (grosse erreur de sa part), je m’apprête à le prendre en photo – la seule que j’ai eu le temps d’immortaliser. Car l’instant juste après je vois mon ami sortir de la maison avec un pistolet pneumatique.

Je me mets au milieu pour empêcher le tir – tout le monde explose de rire. Au moment où j’essaie de récupérer le joujou des mains du propriétaire du jardin – l’oiseau en quelques battement de ses grandes ailes s’envole sur le toit. Le temps de tourner la tête – quatre à cinq coups du pistolet partent pratiquement à bout portant. Le pigeon s’envole à quelques mètres et je peux facilement voir le sang sur son plumage blanc. Étrangement, dans les rires et les moqueries autour de moi, je suis le seul à voir le sang

Tout le monde rentre dans la maison. Je dis à mon ami :

— Tu te rends compte qu’il va très certainement mourir dans la journée après ces blessures ?
— Bah et alors ? — et, probablement, en me voyant perplexe et paralysé par sa réponse idiote il rajoute en rigolant — t’es déjà allé à la chasse ?

Après quoi il s’éclipse tranquillement servir les cafés à tout le monde.

 

Rideau

En dehors de cette bofitude et vision des choses profondément débile — je ne ferai point la découverte du siècle en disant que ça fait longtemps que la chasse est devenue pour l’homme un amusement, un divertissement, un plaisir. Il y en a qui considèrent la chasse comme une “grande passion“…

Seulement, depuis la nuit des temps l’homme chassait pour manger (et s’habiller dans la mesure du possible). Pourquoi mange-t-on ? Et bien, de toute évidence, pour survivre. Je propose, alors, une formule simplifiée :

 

“On chassait pour survivre”

Aujourd’hui, dans les pays occidentaux nul n’a besoin de chasser pour subsister. Cette coutume perdure depuis des siècles, parce que son processus plait ! Et ceux qui se divertissent avec la chasse doivent se poser la question — s’ils ne sont pas dépourvus de cette capacité mentale — sur cette condition préalable de la chasse, qui est en opposition totale avec le divertissement!

Je sais avant même de l’écrire : je vais me faire assaillir par les protagonistes de la chasse et les pseudo-défenseurs de la chasse réglementée pour entretenir les espèces en bon nombre. Je leur ferai remarquer, d’ores et déjà, que la chasse depuis la nuit des temps fût la conséquence d’une nécessité alimentaire et non pas du plaisir (de tuer pour tuer), ni d’entretient de la nature.

J’ai même entendu que l’on chasse pour la protection de la nature. Pardon… la protéger de quoi ? D’elle-même ? Ou est-ce bien l’homme qui s’en “protège” ?

L’homme se permet de décider et réglementer le “bon nombre d’espèces animales” autour de son habitat. Par contre, il en est incapable avec sa propre espèce. Environ 232 000 habitants de plus chaque jour sur la planète !

Ce qu’il est primordial de comprendre, cette “protection” est statuée et réglementée par l’homme. Alors, dans quels intérêts ? Ceux de l’homme ou ceux de la nature ? Me semble-t-il que la nature n’a pas été consultée au moment du vote de ladite réglementation. Il reste à savoir à quel point l’homme était-il impartial en légiférant.

Les lois s’adaptent et se votent en fonction de l’intérêt de “quelqu’un” — le plus souvent d’une minorité — et très rarement de “quelque chose”…

Quoi qu’il en soit, cet article (et les suivants, que je vous incite à lire absolument) est pour tous ceux qui, comme mon ami, vont à la chasse pour le « style ». Comme dans absolument tout, l’homme en a fait un passe-temps agréable, tel un loisir (!) : pour s’aérer la tête, pour conclure des affaires, pour faire “genre” les uns devant les autres ; certains considèrent cela même comme un sport.

Alors, à tous ces « héros des temps modernes » je préconise:

  • allez donc faire du ménage et du repassage avec vos femmes – ça vous défoulera,
  • faites 30 pompes, 50 abdos et (ne serait-ce que) 10 tractions – et votre besoin de s’approuver en tuant sera assouvi,
  • ou à la rigueur, après 15 km à pied dans la forêt (avec un sac à dos et sans fusil), allez au stand de tir pour vous défouler sur des cibles en papier (et non pas sur les bouteilles en verre en pleine nature, pour éviter les blessures inutiles à sa faune).

chasse-divertissementPar-dessus tout, lorsque je vois dans la fameuse “Chasse et pêche” des chasseurs dits “professionnels” — en quantité de 15 et avec des chiens — encercler un animal, le tuer pratiquement à bout portant (car 5 à 10 mètres avec une carabine sur une cible quasi immobilisée – ça relève du bout portant) et ensuite faire les farauds devant la caméra avec un air des hommes durs en expliquant que ça (!) c’est la vraie chasse… J’ai une envie insoutenable de leur expliquer que soit la chasse est une nécessité vitale ( ☚ lire l’article), soit elle n’a PAS lieu d’être !

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

5 1 vote
Article Rating
Subscribe
Notify of
guest
3 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments