La liberté de parole. Et la réalité annihilée…

Partage d’un échange privé

Avant la technologie, dans laquelle nous plongeons dorénavant notre nez tous les jours sans exception, et grâce à laquelle nous communiquons – allégrement et instantanément -, les gens communiquaient par écrit. Si vous vous en souvenez encore, ça s’appelait l’encre et le papier.

Et grâce à cette communication d’antan, aujourd’hui on peut découvrir les pensées, les échanges et la réflexion de nos ancêtres, parmi lesquels il y avait aussi des grands, dont la pensée nous est utile encore aujourd’hui. Or de nos jours, on communique davantage et plus vite, mais tout disparait aussitôt dans la virtualité, remplacé par de nouvelles communications, de plus en plus futiles.

Je ne me considère point comme un grand (ou qui sais-je encore), mais depuis un moment je constate dans certains de mes échanges whatsapiens que les idées que je reçois des amis et connaissances — écrites (c’est le cas de le dire) “sur le pouce” (puisque tapées avec 1-2 pouces, sinon dictées) — ne sont pas inintéressantes. Ou en tout cas la réflexion, à laquelle ces petits messages me poussent parfois, me permet vraiment de voir le réel d’une autre manière.

Et c’est là, en général, que je me souviens, qu’il fut un temps, mon blog s’appelait NEW POINT de VIEW, une autre façon de voir les choses. D’ailleurs, il s’appelle toujours comme ça. Mais le fait est, je l’ai délaissé depuis x temps.

Alors, ce dimanche, au café, en repensant au dernier échange de la veille, je me suis rendu compte de tout ce que je viens d’écrire juste au-dessus. Et soudainement est né l’élan de partager cette réflexion, pour ceux qui ne rechignent pas encore à la (brève) lecture...


Tout a commencé par le tweet que j’ai écrit hier en écoutant une interview:

En réponse à quoi, un ami m’a répondu en privé sur WhatsApp:

Lol.
Vu dans un post LinkedIn:

«Il arrive un moment, peut-être toutes les six à huit générations, où le monde change en très peu de temps. Nous y sommes. Ce qui se passera ces deux ou trois prochaines années va déterminer ce à quoi ressemblera le monde pour les cinq ou six prochaines décennies.»
Joe Biden, 3 novembre 2023

pour une fois qu’il dit quelque chose avec un peu de profondeur :))

Je l’ai retweeté avec mon commentaire:

Et dans la foulée, mon ami m’écrit en privé toujours sur WhatsApp:

Petite réflexion du moment que je te partage:

La gauche, qui dans le temps demandait farouchement la liberté d’expression, est maintenant pour la censure. Cela va du maintenant classique refus de débat (“je ne débat pas avec untel”) jusqu’à des formes violentes dans la Culture avec la “correction” des textes de certains grands auteurs, de censure dans l’éducation de tel tableau de grand maitre pour cause de nudité. Les tentatives de maintien d’un débat (littéralement, débattre : tout faire pour ne pas se battre!) sont rapidement labélisées d’ “extrême droite”.

Pourtant, le truc de dire au gouvernement “laissez-moi bien tranquille” c’était plutôt un truc de gauche. Il est étonnant que le fait de vouloir parler librement et laisser les autres parler librement est devenu un truc de droite.

Ce à quoi je lui réponds au tac au tac

Oui, c’est pas complètement faux.

Ca doit être l’effet de cycle / vague qui est en mouvement permanent. Les cocos en URSS ont aussi tout muselé il y a 100 ans. Et en 1991, c’est l’opposition (donc par définition la droite) qui a tout libéré. Pour, in fine, réduire ces libertés avec l’arrivée de l’ “opération spéciale militaire”… Rien que le terme en lui-même, t’as déjà compris la direction que tout allait prendre…

A peu près les mêmes vagues…

Voilà un échange-réflexion qui ne paie pas de mine. Mais qui, peut-être, donnera une suite dans l’esprit des autres…


0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *