Perception parfaite du monde, ça existe ?


Une perception parfaite des choses est impossible puisque les choses changent chaque fois qu’elles sont perçues.

— John Nicholas Gray

perception-parfaite-du-monde
© Marcel Caram • https://www.flickr.com/people/marcarambr/

En réponse au partage de cette citation sur Facebook une lectrice du Canada s’est interrogée:

Et si c’était nous qui changions plutôt que les choses ? Qui a dit qu’on ne rentre jamais 2 fois dans le même fleuve ? Peut-être que ce n’est pas le fleuve qui change mais nous ? Héraclite aurait dit que nous sommes constamment en devenir, et l’eau du fleuve coule donc n’est jamais la même. “

Et voici la petite réflexion qui en a suivi. La citation d’Héraclite serait la suivante :

“Nous descendons et ne descendons pas dans le même fleuve”

ce qui s’interprète comme “on ne peut pas rentrer 2 fois dans la même rivière”, dans la mesure où l’eau y est courante et non stagnante. Il en découle que la rivière ne serait jamais la même : du moment que je suis rentré dans cette rivière, elle n’est déjà pas la même, puisque par définition l’eau y coule sans s’arrêter. Alors, même lorsque je suis dedans pour la première fois, c’est déjà une autre rivière. Que dire, alors, d’une deuxième fois… Ainsi, Platon aurait reformulé la pensée d’Héraclite :

“Notre être est un perpétuel devenir”

Dès lors, nous changeons, bien évidemment ! Mais dans la citation du départ John Gray parle de notre perception des choses. C’est elle qui « modifie » la réalité qui nous entoure en fonction de notre prisme personnel. Nous attribuons une « apparence » à la réalité en fonction de notre (capacité de) perception. C’est pour ça que la perception parfaite — correspondante à la réalité telle quelle — est impossible. Et dans la continuité de cette logique j’en ai une autre pour vous :

Notre perception (compréhension) des choses altère ces choses comme le sel altère le goût de la nourriture.

Et ce en en fonction de chaque personne ! C’est pour ça qu’il y a autant de “points de view” (perceptions) que d’individus sur terre. Ce qui est formidable et terrible à la fois. Cela en fait une sacré dualité, quoi…


2 replies
    • Anton Malafeev
      Anton Malafeev says:

      :)
      Je m’y attendais…
      Par la “réalité telle quelle” je sous-entendais ce qui se passe en dehors de notre imagination ou perception.
      Ici, notre imagination (“si on suit la physique quantique”) et notre perception (si la réalité – qu’elle soit quantique ou pas – existe bel et bien et que nous modifions avec notre prisme).
      Aussi, il ne faut pas oublier que nous utilisons toujours le vocabulaire anté-quantique, pour ainsi dire. Avec la nouvelle donne, qui n’est même pas encore entièrement démontrée et comprise, il faudrait peut-être adopter un nouveau vocabulaire avec une sémantique différente pour pouvoir parler de ces phénomènes de manière « dans l’air du temps »…

      Répondre

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *