✦ Un chercheur dénonce l’inutilité de nombreux travaux scientifiques

Reading time: 2 min
un-chercheur-denonce-inutilite-de-nombreux-travaux-scientifiques
Corruption de la science ou de la société ?

John Ioannidis, chercheur et professeur à Standford, constate depuis plusieurs années et appelle à « réduire les faux positifs« , les recherches futiles n’apportant pas grand chose à la science. En revanche, permettant une prise d’importance aux scientifiques concernés, « sans oublier les intérêts financiers qui faisaient pression pour l’obtention de résultats« .

« On voit parfois certains chercheurs avoir une production prolifique de travaux médiocres voire non-reproductibles, en profiter pour monter dans les hiérarchies, entrer dans les revues, bénéficier de renvois d’ascenseur et obtenir leur signature dans une étude pour laquelle ils n’ont donné qu’un avis, etc.  J’ai moi-même pu constater que certains adoptaient ce que John Ioannidis appelle (joliment) la technique du « salami », qui consiste à découper une recherche en tranches, en sous-sections, et à « vendre », sur la base d’une seule expérience, plusieurs études à des revues différentes… »

Le discernement de John Ioannidis confirme la résistance de la société aux idées et aux nouveaux paradigmes. Curieux décalage de la société (axée à tous points de vue sur la finance et la « science de masse » futile et égocentrée) du vrai progrès sensé de faire évoluer les paradigmes existants. Pire, les nouveaux paradigmes attisent des critiques non-constructives, car souvent ils vont à l’encontre des intérêts financiers d’une minorité tenant les reines dans un domaine et à un moment donnés.

business-divider

• Rédacteur de NEW POINT de VIEW
Consultant en stratégie et organisation interculturelles
• Intervenant chez SKEMA BS
Contributeur à LE HUFFINGTON POST et LES ECHOS entre autres

Leave a Reply

Notify of
avatar