L’ambiguïté de perpetuum mobile et des envies humaines

Je sais pertinemment que 99.9% ne comprendront jamais mon état d’esprit. (Si, bien sûr, il y aura au moins quelques personnes qui ouvriront ce texte dans ce royaume des images — à peine effleurées du regard, en balayant avec le pouce sur l’écran de leur tout dernier iPhone à 1000 balles.)

Mais paradoxalement, après des années d’hivers doux, sans neige, voire entouré des palmiers avec vue mer — le rêve absolu des 99.9% de la population urbaine (excepté peut être des endroits comme Sydney) — j’ai eu du mal à revenir de la neige moscovite et des températures négatives (avec tout ce que ça engendre au quotidien) dans le Sud de la France avec son soleil permanent et les 20° dans l’après-midi, au mois de janvier.

Vous voulez que je vous dise honnêtement ?  Fait c…r !

Je sais que personne ne me comprendra. Même la population locale qui vit sous le ciel dégagé 360 jours par an, mais se plaint dès que le moindre nuage fait apparition. En même temps, disons que j’ai l’habitude à mon âge de n’être compris que par une minorité. Donc, bon…

Et voici un fait irréfragable : après 13 ans à Paris et sa qualité de vie de merde, en rêvant d’être dans le sud et voir la mer et le soleil tous les jours, je comprends que TOUT dans cette vie peut devenir fastidieux, au moins dans une certaine mesure.

Soit l’humain est mal foutu, soit ce mécanisme est nécessaire à la nature pour qu’on ne reste jamais en place et qu’on cherche à changer, évoluer, bouger (dans tous les sens du terme). Les lois de la physique nous empêchent d’obtenir un «perpetuum mobile», mais l’univers qui repose sur ces mêmes lois de la physique semble avoir besoin du mouvement permanent des «particules» qui le composent…

Comme je l’ai écrit un an auparavant sur un autre sujet, mais incroyablement proche :

un tiraillement (presque) constant vers quelque part et quelque chose s’active en nous avec une constance cyclique et une certitude peu enviable.

Voilà un petit cri du dimanche ensoleillé par un russe — nostalgique de l’austérité climatique qu’il a quitté la veille — ayant conduit à une conclusion para-philo-scientifique…

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

NEW POINT de VIEW 2.0
newsletter

Subscribe
Notify of
guest

1 Commentaire
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments