Espéranto vs Anglais

L’article en réponse au commentaire d’un lecteur à « Votre perception du monde nuit gravement à votre communication » :

Bonjour,
Puisque la langue est à la fois nécessaire à la communication et en détermine aussi les limites, sans compter les autres facteurs d’interprétations, ne serait-il pas bénéfique alors qu’une langue universelle et neutre, par exemple l’espéranto, soit une langue universellement enseignée ? Quels impacts verriez-vous à cette communauté de langue universelle ?
Serge Seguin de PuissantsContacts

Pour moi la langue n’est pas la seule à déterminer les limites de la communication – le sujet justement de « Votre perception du monde nuit gravement à votre communication ». Les limites sont principalement déterminées par la perception de l’individu (et/ou par ses capacités) et son interprétation.

 

Espéranto

esperantoEn ce qui concerne l’Espéranto – je n’ai pas d’avis arrêté sur le sujet. Cette langue a maintenant 127 ans, mais elle n’a jamais été suffisamment popularisée pour devenir véritablement une langue universelle (dans tous les sens du terme), notamment avant la deuxième guerre mondiale – sa période la plus propice. Et pourtant dans la globalisation actuelle – cela serait un outil très utile et efficace par sa simplicité et praticité d’utilisation.

Bien que des associations diverses dans le monde travaillent sur sa popularisation et promotion, on n’arrive même pas à comptabiliser plus ou moins précisément le nombre de « porteurs » d’Espéranto. Une estimation très large existe – entre 100.000 et 10 Mn personnes dans le monde. Ce qui en soi représente moins de 1% de la population mondiale.

Par ailleurs, vous employez le mot « communauté ». Si je le prends au premier degré, selon moi, construire une communauté parlant l’Espéranto n’a aucun sens. La parallèle pourrait être passée avec le latin, qui est maintenant considéré comme une langue morte. Il est, néanmoins, de bon ton de faire des citations en latin et/ou d’en avoir des notions – « cela élargi la culture générale ».

Mais les personnes parlant latin, ou, ne serait-ce que, ayant des notions plus ou moins approfondies restent des cas isolés, or la langue reste de faite morte, bien qu’ayant survécu aux autres langues italiques et continuant à être enseignée dans le monde entier. Le latin peut être utile en tant que « racine » pour apprendre des langues modernes, d’ailleurs il est utilisé encore de nos jours pour la création de nouveaux mots, mais sa connaissance reste purement théorique et n’a pas de besoin particulier.

Ainsi, l’Espéranto dans une communauté, à mon sens, n’a qu’une utilité – le maintien artificiel de sa connaissance, comme du latin. Sachant que ce dernier, de par son histoire, a davantage d’impact dans les esprits et dans les institutions humaines (notamment l’église).

Extraits du discours du premier Congrès universel d’espéranto à Boulogne-sur-Mer en 1905

 

Lobby anglais

Par ailleurs, la diffusion d’Espéranto comme d’une langue universelle va inévitablement se heurter au lobby anglo-saxon. La langue maternelle de 400 Mn de personnes, parmi les plus simples des langues vivantes, parlée pratiquement partout dans le monde, langue officielle dans 53 pays et une des 6 langues officielle de l’ONU – il paraît compliqué de la remplacer par l’Espéranto aussi simple, pratique et universelle soit-elle. Sans oublier le fait que 90% d’anglo-saxons ne parle aucune autre langue vivante, étant persuadé que tout le monde est « obligé » de parler leur langue où qu’ils aillent…

 

Conclusion

Partant du principe qu’Espéranto a été élaboré et construit comme une langue simplifiée, ne comportant pas d’exceptions, ressemblant au latin (une part de sa grammaire et l’essentiel de son vocabulaire proviennent des langues indo-européennes) – Espéranto devraient (!), surtout depuis le temps qu’il existe, être admis comme LA langue officiellement internationale et progressivement être utilisé en tant que LA langue universelle (encore une fois dans tous les sens du terme). Logiquement, l’impact ne pourrait qu’être positif pour la totalité de la population mondiale. Nonobstant, une langue, aussi universelle soit-elle, n’améliorera guère la complexité de la communication humaine

 

 

Postface (complément 2018)

Presque 5 après la sortie de cet article, Le Monde a publié une courte vidéo Pourquoi l’espéranto n’a pas vraiment conquis le monde ? qui, à mon sens, est très complémentaire à cet article, ainsi qu’aux commentaires qui l’accompagnent. Elle délivre aussi des informations pétillantes sur la création d’espéranto par Ludovik Zamenhof et les raisons de son étouffement…

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

7
Commentez !

avatar
3 Comment threads
4 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
Volotovnia FleckVolotovnia FleckNew Point De ViewSerge SeguinBertrand Wick Recent comment authors
  Subscribe  
newest oldest most voted
Notify of
Bertrand Wick
Guest

Oui, cela serait certainement bénéfique. Mais qui devrait ou voudrait prendre une telle décision? Ceci signifierait, qu’à côté des langues, qu’il faut déjà connaître, on imposerait encore l’espéranto. Or, jusqu’à un certain degré, cette langue s’est imposée d’elle même. Aucun état, pouvoir ou organisation n’en font officiellement la promotion, même si quelquefois nous avons vu des recommandations en sa faveur. Ce serait encore plus merveilleux si l’espéranto progressait parce que l’humanité prend conscience, qu’il y a un problème de communication au niveau international. Mais peut-être maintenant je rêve…

New Point De View
Guest

Personne n’y voit d’utilité, car aucune organisation internationale ne l’utilise comme langue officielle.
Tant qu’il n’y a pas d’obligation « à faire » ou « à étudier » – l’humain n’en prendra pas conscience exactement comme du tri de ses propres poubelles …
L’anglais est devenu à force obligatoire partout, si on faisait la même chose avec l’espéranto – il n’y aurait nul besoin de continuer à apprendre plusieurs langues vivantes pour se faire comprendre à l’extérieur de son propre pays

Volotovnia Fleck
Guest
Volotovnia Fleck

et pourtant elle est partout, sans que nous la sachions forcément. Je m’initie à l’esperanto… :). Etre curieux, la curiosité est essentielle, nul besoin “d’ordre” pour apprendre lorsque l’on le veut vraiment. Un avis qui m’appartient bien sûr.

New Point De View
Guest

Volotovnia Fleck : Entièrement d’accord avec vous sur “être curieux » et « la curiosité est essentielle”…
Mais le problème est que tout le monde n’est pas du tout de cet avis. Malheureusement la majorité, en dehors de ne pas être curieuse, ne s’interroge même pas sur la notion de la curiosité ! Que dire du reste .. ?
Ainsi, selon moi, « l’ordre » ou « l’obligation » dans le cas précis n’est pas une dictature en soi, mais une direction donnée à la population, afin de rendre les choses (toujours selon moi) meilleures et plus fluides.
L’anglais est une langue facile, mais l’espéranto l’est davantage. Or, son apprentissage est sensé d’être plus rapide est moins épineux. Aussi, l’utilisation de cette langue de manière omniprésente et officielle pourrait faciliter pas mal de choses, ne pensez-vous pas ?
Mais surtout que cela permettrait d’avoir une langue véritablement neutre – les anglo-saxons devraient, eux aussi, l’apprendre comme les autres 6.5 Mrd de population…

Volotovnia Fleck
Guest
Volotovnia Fleck

Tout à fait d’accord avec vous. Dans une société où tout va vite, om la “communication” doit aller de plus en plus vite, effectivement incompréhensible que l’on ne choisisse pas l’espéranto… le mode simplifié de communication international. Merci pour votre réponse.

Bertrand Wick
Guest

Voir aussi les vidéos de Claude PIRON: http://www.esperanto3f.info/#!les-langues:un-défi

Serge Seguin
Guest
Serge Seguin

Bonjour
Merci de ces précisions essentielles à propos de langue et de communication.
Je me permet de conclure sur votre point de vue. 
Même si l’Espéranto ne change rien à la complexité des relations humaines, il a toutefois d’indéniables avantages.  Une même langue, neutre  serait déjà un pas vers une compréhension plus facile entre chaque humain où qu’il soit. Outre l’EGO froissé des anglos-saxons, l’ensemble de l’humanité serais déjà mieux unifié.   

Serge de PuissantsContacts