Religion 2 : l’athéisme – lucidité ou délit d’opinion ?

religion-atheisme-lucidite-delit-opinionUn animal est dirigé par les instincts et par les besoins primaires. Un humain, lui, est dirigé par les besoins primaires et par son esprit (en psychologie — la capacité de penser / capacité intellectuelle propre à l’homme), divisé en conscient et subconscient. Bien sûr, la conduite d’un humain est beaucoup plus complexe, tout comme d’un animal d’ailleurs, mais ce n’est pas le thème immédiat. Voyons plutôt le côté esprit humain dans sa globalité.

 

Psy

Le cerveau humain et son fonctionnement est tellement complexe que l’on mettra, certainement, encore des dizaines (ou plus) d’années avant de l’étudier sous toutes les coutures. La psychologie – un phénomène intangible et incommensurablement complexe – est comprimée dans 1300cm3 de matière gélatineuse comportant plusieurs milliards de neurones et de connexions entre ces derniers. Cette petite machine de guerre, permettant à un humain de penser, ne rend pas les choses spécialement plus faciles ou meilleures.

E X E M P L E

Certains individus psychologiquement instables n’arrivant pas à gérer leurs besoins, envies et gestes, ont un raisonnement réflexif déformé (comparé à la norme). Ils sont imprévisibles et sont considérés comme étant dangereux pour la société. Ils ne peuvent pas s’auto-gérer et sont capables du pire.

Alors, si un homme est incapable de maîtriser son esprit, comment peut le faire un autre à sa place sans recourir à une intervention physique (le bayonner, l’attacher, le maîtriser) ?

Et qu’en est-il d’un cerveau fonctionnant très bien, mais ayant de mauvaises intentions ? Personne n’est capable de le maîtriser, ni surtout de connaître ses intentions. Personne ne peut réellement prédire quand cet individu peut passer à l’action ni la potentielle gravité de cette dernière. Ce qui constitue le côté vicieux du phénomène.

Aujourd’hui l’homme est capable de maîtriser les protons, de gérer à distance les robots volant dans les galactiques lointaines ou de s’immerger à 11km sous l’eau. Il arrive à maîtriser une logique non-vicieuse et calculable. Il arrive aussi à apprivoiser les espèces animales les plus dangereuses de la planète et quelquefois les rendre utiles à lui-même. Il est capable de prédire le temps. Bien que, malheureusement, pas avec la même exactitude que, par exemple, le trajet d’une fusée à explosif pouvant rentrer dans la fenêtre de l’ennemi (pour au final exploser la moitié du quartier).

Mais il ne peut toujours pas maîtriser ses propres semblables à cause de cette formidable capacité intellectuelle, que réflexion, donnant naissance au comportement pouvant être particulièrement vicieux, calculateur, et très imprévisible. Une mécanique bien difficile (si pas impossible) à maîtriser, étant à l’extérieur d’un cerveau (esprit) mal intentionné ou encroûté.

QuestionAlors, comment gérer la société dans ses conditions ? Comment la maîtriser, unifier et socialiser ? Faire en sorte qu’elle ne dégénère pas et/ou ne coure pas à sa propre perte ?

 

 

Religion – la croyance en tout puissant

Certaines têtes observatrices et bien-pensantes ont remarqué une “faille” dans le cerveau, ou dans la psychologie humaine — le permanent besoin d’une stimulation mentale, consistant à avoir une idole, croire en quelque chose de supérieur.

Ainsi, avec une idée de discipline sociétale et un petit don de manipulation, la stratégie de gouvernance des humains primitifs a dû naître — la croyance en Dieu tout puissant. A l’aube des civilisations (dans la société primitive) la croyance naturellement était le moyen d’expliquer les choses à cette époque inexplicables. Seulement avec le temps tout a pris une autre ampleur.

La philosophie dit que la croyance est la part d’irrationnel chez l’homme. C’est une belle formulation pour décrire l’impalpable et détourner l’attention de la vraie question. Ce phénomène intangible, que la croyance, depuis la nuit des temps a servi et continu à servir à manœuvrer les masses.

Quel bel outil ! Faire croire à tout le monde en un esprit supérieur qui voit tout (en permanence et en simultanée et dans tous les coins de la planète) et qui punira tout un chacun pour la mauvaise conduite. Une invention d’un groupe de génies à l’origine du mondeREMARQUE pour faire éviter aux humains, capables du meilleur comme du pire avec leur facultés intellectuelles, de ne pas sombrer dans le néant. Un chef d’œuvre organisationnel qui fonctionne encore aujourd’hui et n’est pas prêt de s’arrêter, tant il est ancré dans le conscient collectif.

separator-divider

REMARQUE

Suite à l’observation judicieuse du 02.09.18, j’apporte une précision :

Le « groupe de génies à l’origine du monde » est une formulation très maladroite de ma part. Car le monothéisme, dont je parle dans cet article, a mis plusieurs siècles à naître sous influences et traditions très différentes. Donc il est clair qu’il ne faut pas voir « le groupe » comme un conseil des vieillards s’étant réuni un après-midi pour brainstormer comment créer et aménager une religion et en faire un outil de gouvernance. Ou comme je l’ai appelé « un chef d’œuvre organisationnel ». La constitution originelle des textes bibliques appartient à plusieurs générations. Ils ont donc été recopié, modifiés et réécrits un nombre de fois incalculable.

Initialement je sous-entendais des bonnes intentions des « géniteurs » de la Bible qui étaient à l’origine du monde, tel qu’on le connait aujourd’hui.

separator-divider

 

En effet, il est important de comprendre qu’un groupe d’égoïstes (qui est la nature propre d’homo-sapiens) amené à vivre en communauté est sensé d’avoir certaines règles, afin de rendre cette coexistence viable. Ainsi, les penseurs à l’origine de l’humanité ont élaborée “une discipline sociétale“– les règles de la vie appelant tout un chacun à respecter les principes simples d’une vie communautaire (voir un exemple-type de ce genre de règles dans le Confucianisme).

Le problème est que 99% de la communauté se fiche ouvertement des règles quelle qu’elles soient et les enfreignent plusieurs fois par jour. Ainsi, devant ce constat et ne pouvant pas contrôler ces 99%, les sages ont élaboré une stratégie – la religion – constituant un esprit supérieur tout-puissant aimant et surveillant tout le monde.

religion-atheisme-lucidite-delit-opinion

© Anton Malafeev — Eglise à Hradec Králové, rép.Tchéque

Le revers de la médaille — cette discipline conformiste, ayant certainement de bonnes intentions au départ, s’est faite dériver par ceux à qui elle était destinée — les humains eux-mêmes. Et les abus de pouvoir de l’église à travers l’histoire sont probants :
— les immolations des sorcières (trouvaille pour tenir dans la peur les autres),
— le pressurage fiscal accablant,
— les génocides des croyants d’autres religions,
— les exécutions et les supplices des scientifiques, comme ceux ayant proclamé “la terre est ronde”.

Les grosses manipulations religieuses :
— les guerres saintes entre les ramifications religieuses durant des siècles — ce qui en soi est une stupidité absolue — ex: Guerres de religion entre les catholiques et les protestants,
— la radicalisation religieuse chez les musulmans (la tractation du coran; voir cette définition de la tractation).

exclamationElle est là cette capacité intellectuelle des hommes dans toute sa splendeur : prendre le blanc pour en faire le noir …

C’est notre histoire, d’où découle par la voie de conséquences notre vie d’aujourd’hui telle que nous la connaissons — cultures, géographie, politique, religions existantes, extrêmes droites et gauches, et guerres qui ne s’arrêtent jamais sur le globe terrestre, ainsi que des réservoirs économiques (régions riches et pauvres), etc.

 

 

Croyance contemporaine en rationalisme athée

Tout compte fait, pourquoi ne pas utiliser la gouvernance sociétale à son avantage ?

Le temps est révolu. L’homme moderne a inventé un nouveau concept avec le terme bien stylisé et le côté marketing bien travaillé. Entre 18ème et 20ème siècles, avec la poussé du mouvement athée et le nombre d’athées grandissant, la religion se transforme en démocratie.

Avant, Dieu punissait les mauvais élèves lors du jugement dernier, aujourd’hui, c’est le Tribunal International qui punit pour les crimes contre l’humanité et le non-respect des droits de l’homme. Avant, c’est après la mort qu’on se faisait punir pour l’éternité, aujourd’hui, c’est le parquet qui punit à vie (ou pas) les voleurs et les meurtriers (s’ils sont retrouvés. Avant, c’est Dieu qui voyait tout, aujourd’hui, c’est le renseignement qui est au courant de tout, jusqu’à la couleur de votre culotte. Avant, il y avait l’intervention divine, maintenant, c’est l’intervention des unités spéciales ou du fisc.

On enferme à vie, démocratiquement donc, les méchants. Et ceux qui s’en font protéger – les gentils – paient toute leur vie pour les entretenir en prison. Mais ne parlons pas des impôts, le sujet sensible et surtout qui ne change rien au schmilblick. Le pressurage fiscal accablant – nous l’avons déjà évoqué dans le chapitre précédent. C’est le nom du concept qui a changé, pas le concept lui-même. Une petite métaphore en passant :

les millénaires passent et se ressemblent …

Ainsi, les codes pénal et moral, et la convention des droits de l’homme, ont remplacé la Bible. Belle fable… On ne sera plus là, mais ça serait curieux de savoir quelle sera la prochaine invention pour raisonner / gouverner / asservir les hommes par les hommes, s’ils ne se sont pas exterminés d’ici une centaine d’années. Suis-je pessimiste ? Je ne crois pas. ll suffit de regarder autour et suivre l’actualité…

 

 

Athéisme croyant ou croyance athée ?

religion-atheisme-lucidite-delit-opinionLes adeptes de religion continuent à avoir la foi. En allant à la messe le dimanche avec leurs familles, ils produisent des armes, spéculent sur la nourriture en instaurant la famine dans les régions géostratégiques, détruisent la nature ou commettent d’autres atrocités financièrement lucratives. Ensuite ils font du mécénat auprès de l’église pour se faire pardonner par le ciel — et l’église l’accepte, car:

“Dieu t’aime et te pardonnera”…

Ne sommes-nous pas en plein marasme hypocrite ? Où tout vient de l’esprit — la même fameuse faculté de penser, inventer et créer les choses réellement merveilleuses…

D’autres interprètent la Bible ou le Coran comme bon leur semble. Ainsi, nul besoin de faire du mécénat ni de se faire pardonner – en fait, c’est Dieu qui leur ordonne de faire le mal pour le bien…

En revanche les athées des temps modernes, à cheval entre la religion et la démocratie, ont tendance à ne croire plus en rien. Est-ce normal pour un humain qui a besoin d’une croyance ? Peut-être qu’il reste à s’en inventer une, la sienne ? Un idéal pur, selon ses propres besoins et envies.

Mais est-ce une solution, si sur 7 milliards chacun aura son propre idéal ? Ou est-ce que, in fine, nous avons tous besoin d’un idéal commun pour ne pas s’entre-tuer, vivre harmonieusement et non pas en surpopulation (à l’image des pays où la religion interdit la contraception, comme l’Inde ou d’autres) ?

Alors on arrive au même point qu’au début – les têtes bien-pensantes ayant inventé le monothéisme pour gérer les esprits… Un cercle vicieux de l’inconscient collectif de ces homo-sapiens, censés de vivre en société, mais ne rêvant que de l’individualisme.

business

Ainsi, est-ce que Dieu existe ? — à vous de décider en fonction de votre propre part d’irrationnel. En tout cas, une chose est sûr — tout ce qui est construit par les humains autour de la religion provient des mythes et des symbolismes !

 

 

Citations

L’église stipule que la terre est plate, mais moi, je sais qu’elle est ronde. J’ai vu les ombres sur la lune. Alors je crois davantage en ces ombre plutôt qu’en église. 
Fernand de Magellan, 1480-1521 (navigateur et explorateur portugais de l’époque des Grandes découvertes)
Les phares sont plus utiles que les églises. 
Benjamin Franklin, 1706-1790 (scientifique, écrivain, journaliste, diplômât américain)
L’homme ne deviendra jamais véritablement libre jusqu’à ce qu’il ne chasse le Dieu de son esprit.
Denis Diderot, 1713-1784 (écrivain, philosophe, encyclopédiste français)
La religion est considérée comme la vérité par le commun des mortels. Par les penseurs elle est considérée comme un mensonge. Et pour les gouverneurs c’est une utilité. 
Edward Gibbon, 1737-1794 (historien britannique)
L’homme se fait baptiser par l’église s’il est croyant et non pas s’il est savant. 
Mark Twen, 1835-1910 (écrivain, journaliste, essayiste américain)
Je ne crois pas en Dieu. Mon Dieu est le patriotisme. Apprenez à l’homme d’être un bon citoyen et vous résoudrez le problème de la vie … 
Andrew Carnegie, 1835-1919 (industriel et philanthrope britannique)
La croyance est une absence de volonté de savoir que la vérité existe. 
Friedrich Nietzsche, 1844-1900 (philologue, philosophe et poète allemand)
Le fait que le croyant est plus heureux qu’un sceptique n’a pratiquement aucune différence avec le fait qu’un buveur est plus heureux qu’un lucide. 
George Bernard Shaw, 1856-1950 (critique musical et dramaturge irlandais, essayiste, scénariste, auteur célèbre de pièces de théâtre, pacifiste, anticonformiste, prix Nobel de littérature en 1925)
Je crois en Dieu, seulement pour moi c’est la nature. 
Frank Lloyd Wright, 1867-1959 (architecte et concepteur américain)
Moïse nous guidait dans le désert pendant 40 ans pour au final nous amener au seul endroit de tout Proche Orient, où il n’y a pas de pétrole. 
Golda Meir, 1898-1978 (ministre des affaires étrangères, premier ministre d’Israël)
Tous les penseurs sont athées. 
Ernest Hemingway, 1899-1961 (écrivain et journaliste américain, prix Nobel)
On dirait que l’auteur de la création du monde selon la Bible a picolé pendant tout une nuit avant de l’écrire.
Isaac Asimov, 1920-1992 (romancier américain, biochimiste)
Vous demandez ce que je pense à propos de la sensation d’une croyance absolue ? Je considère que c’est absolument affreux et inacceptable. 
Kurt Vonnegut, 1922-2007 (écrivain américain)
Aujourd’hui il est assez difficile de croire au fait qu’on recevra quelque chose en échange après la mort. Même les grosses corporations avec leurs systèmes de rémunération ne paient pas post mortem.
Gloria Steinem, née en 1934 (journaliste américaine et promotrice des droits de femme)
Dieu n’existe pas ! Essayez déjà d’appeler un plombier le week-end…
Woody Allen, né en 1935 (réalisateur, acteur, scénariste américain)
Le meilleur étant pour la fin, voici la meilleure citation prononcée par un scientifique russe en réponse à la question “est-ce que Dieu existe ?” :

Dieu a inventé l’homme et l’homme a inventé Dieu.
Sergueï Kapitsa, 1928-2012 (physicien, démographe; descendent d’une dynastie des scientifiques russes: fils d’un grand physicien soviétique et prix Nobel, petit fils d’un grand mathématicien et ingénieur en génie maritime, arrière-neveu du biochimiste français Victor Henri)

3
Commentez !

avatar
2 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Anton MalafeevUmbra_50PhilippeRamez Recent comment authors
  Subscribe  
newest oldest most voted
Notify of
PhilippeRamez
Guest
PhilippeRamez

Sur le plan métaphysique ou pseudo-philosophique on a imaginé de séparer la res extensa (matière mesurable, dont le corps) et la res cogitans (pensée, ou âme découvrant Dieu), c’est Descartes qui a proposé ce concept mais on le retrouve dans beaucoup d’autres théories religieuses : la nature et la grâce, les idées platoniciennes et les apparences mobiles. Ce dualisme pose le problème logique de sa solution : comment concilier les deux entités distinctes ? Certains ont cru résoudre ce problème en rajoutant un troisième élément: ils distinguent la détermination (nature des choses), l’indétermination (conscience) et la relation (relation de la conscience à la nature). C’est le triadisme.Spinoza a proposé une autre approche selon laquelle tout ce qui existe est en dieu ou dieu est en tout, la divinité et la nature étant confondue. C’est le panthéisme idéaliste qui considère que dieu est immanent, ni extérieur ni supérieur au monde. Il est ni créateur, ni personnel et tend à s’identifier avec la nature. Pour Spinoza, séparer dieu du monde supprime son infinité, il refuse donc de l’individualiser (c’est un progrès par rapport aux théories monothéistes, dualistes ou triadistes).
Enfin Diderot croit à une sorte d’âme de la nature mais contrairement au panthéisme idéaliste qui absorbe l’univers en dieu, il définit un panthéisme naturaliste qui absorbe dieu dans le monde. La Nature est dieu et l’homme a le devoir de la respecter et de l’aimer: c’est une forme d’écologisme. En fait c’est tout simplement un athéisme déguisé. Diderot critiquait la morale chrétienne, qu’il considérait absurde et ascétique, et surtout irrespectueuse de la nature.
Les dernières tendances conduisent au panthéisme contemporain (de VACHEROT et JANET) où l’Homme croit prendre la place de dieu (lui-même assimilé à la nature) et ceci grâce à la science et à la technique. Dans ce cas, le terme panthéisme n’est plus du tout adapté (c’est même une contradiction en soi) et il vaudrait mieux parler de pancosmisme. Ce mouvement est très proche de l’écologie superficielle (en gros l’écologie politique) que les philosophes (comme Arne Naess) appellent l’écologie moderne. Un non sens car le modernisme (sous entendu la technologie) détruit la nature. 
Tout ce long baratin pour en arriver à l’écologie profonde qui est (à mon sens) la seule façon de voir les choses correctement en insérant l’homme dans la biodiversité et en oubliant toute notion de progrès ou de modernisme qui conduit forcément à la situation désastreuse qu’on connaît aujourd’hui.

Umbra_50
Guest
Umbra_50

Quel beau ramassis de connerie ! Des affirmations fumeuses sans fondements, sans sources, sous-entendant que tout n’est que manipulation alors que l’apparition de la religion est bien plus complexe. Il y a eu l’animiste, puis les cultes dans des lieux sacrès avec la sédentarisation. L’animisme était présent chez toutes les peuplades sous des formes différentes. Les “manipulations” ou “dérives” n’ont pas été anticipées par une groupe de “génies” antédiluviens, même si elles ont bien existé par la suite, comme toute organisation institutionnelles d’ailleurs. On sent la veine conspirationniste dans tout ce fatras d’idées farfelue et d’aprioris.